klumzy_ambassAvec Klumzy, faut laisser toutes nos habitudes à l’extérieur de la salle. Faut pas essayer de trouver une histoire, faut pas tenter de calquer une interprétation. Tu réussiras pas du premier coup, ok? Le premier coup, il faut que tu t’assois bien tranquille dans ta chaise et que tu ouvres tous tes sens. La plus grande force de cette pièce est son atmosphère. C’est ça qui va te raconter l’«histoire» que tu cherches tant à retrouver partout, mais même là, l’«histoire»… Alors apprécie la douceur, même si tu comprends pas ce qui se passe devant toi, t’auras plus de chance d’apprécier la qualité de cette pièce.

Je reprendrai donc l’idée à peine évoquée lors de la discussion d’hier : Klumzy rappelle les toiles impressionnistes de Monet. Pensez-y, de l’impressionnisme au théâtre. Faut le faire. Je n’ai rien d’autre à dire devant un tel tour de force que «bravo». Alors bravo.

Geneviève Larocque, Ambassadrice de l’Usine C