kinder_ambassadeurL’une met en scène Adam et Ève, l’autre nous amène aux marges de l’enfer.  Deux pièces aux univers distincts qui nous font voyager au plus profond de notre être.

POURQUOI EVE VIENT-ELLE CHEZ ADAM CE SOIR ? 
La scénographie frappe tant elle est construite minutieusement, tout comme les interactions qui unit les protagonistes dans un discours réflectif sur la vie, la mort et le passage du temps. Une minutie quasi obsessive qui rappelle celle du personnage principal, un homme solitaire qui calcule tout. D’impressionnants effets de distance, créés par des voix et des sons préenregistrés, transportent le spectateur dans l’intimité des pensées d’Adam, aux frontières de la réalité et de l’illusion. Les jeux de lumière empruntent les codes du cinéma et tissent des liens entre chacune des scènes avec une adresse remarquable. Une pièce admirablement bien ficelée qui fait rire et songer.

KINDERTOTENLIEDER
La scène, recouverte de neige et peuplée d’hommes et femmes vêtus de noir, annonce la venue de personnages mythiques. L’ambiance sonore – du drone – crée un inconfort et un malaise soutenu; un calme qui pèse tant il se fait insistant. L’impuissance qu’on ressent devant ces images à la fois douces et sauvages rappelle l’état d’un cauchemar conscient. On aime ou pas se faire imposer une telle violence. On trouve cependant un étrange plaisir à se faire transporter dans ce monde sombre et poétique.

Alessandra Rigano, ambassadrice de l’Usine