howtoambassItai Erdal nous prévient dès le début spectacle : il n’est pas comédien; il a longtemps voulu être documentariste, mais il est finalement devenu concepteur d’éclairages pour le théâtre; il adore parler; et sa mère racontait toujours des histoires à la maison. Ces détails ne sont pas fortuits. Ils guident la démarche créative d’Erdal et de la compagnie The Chop Theatre. Théâtre-vérité, théâtre du réel, approche à la fois documentaire et scénique, c’est par ces procédés que nous devenons les témoins d’une histoire marquante de la vie d’Itai et de sa famille. En 1999, alors qu’il vient de s’installer à Vancouver, Itai apprend que sa mère souffre d’un cancer et qu’elle n’a plus que quelques mois à vivre. Il s’envole dès lors vers Israël où il filme sa lente agonie… jusqu’au moment précis de sa disparition complète. Entre les moments d’ombres remplis de doutes et ceux d’une clarté tranchante, entre la beauté d’un soleil qui se lève sur l’écran et la douceur d’un spotlight qui s’éteint lentement sans perdre sa chaleur, les témoignages du créateur-conteur et ceux de sa famille sur vidéo créent une œuvre théâtrale à la fois singulière et rassembleuse. Touchant malgré ses imperfections, le spectacle nous rappelle que le théâtre a ce pouvoir de mettre en lumière la profonde humanité de tout récit qui cherche à se déployer.

Josée Thibeault