Femme comme paysage | Woman as landscape

Chorégraphie et interprétation : Lin Sneling
Musique, vidéo et décor : Michael Reinhart
Assistante chorégraphe : Josée Gagnon
Éclairages : Mathieu Marcil

USINE C, MONTRÉAL 1999

Femme comme paysage allie de façon troublante poésie du corps, images vidéo et ambiances sonores live dans un environnement signé Michael Reinhart,

« Je suis mes os. Bien que je ne puisse les voir, je suis mes os. Je peux les imaginer. Imaginer, c’est peut-être ce qu’il y a de plus fascinant. L’arrière du pelvis avec le sacrum semblent préhistoriques. Le sacrum, comme une créature lovée et satisfaite, blottie, gorgée de pouvoir sous la protection du pelvis, cette belle courbe montagneuse… Je suis description, je suis ce que je vois, ce que je touche, ce que je goûte, juste ça, un reflet de ce qui m’entoure.» Lin Snelling

ÉCHOS DE LA PRESSE

« Rares sont les chorégraphes qui réussissent à s’exprimer avec autant de clarté que Lin Snelling…»
J. Bouchard, LE DEVOIR, Montréal, mars 00.

« […] le travail de Snelling dispose d’un caractère purificateur étonnant. […] encore une fois (elle) a réussi à me faire décoller de mon siège…»
F. Dufort, ICI, Montréal, mars 00.

« Seul un certain type d’interprètes peut porter un spectacle entier sur ses épaules, et Snelling en est l’exemple. Dans cette performance multimédia, le spectateur est tour à tour amusé, confus, intrigué, et submergé, tout cela en une heure. Lin Snelling est superbe et la regarder danser est rien de moins que du pur plaisir.»
D. Gee-Silverman, MCGILL DAILY, Montréal, mars 00.

« L’art de Snelling, si lumineux en regard de la noirceur existentielle dont est trop souvent victime la création contemporaine nous enveloppe et nous berce doucement. Une belle oeuvre poétique … sans frontière.»
A. Martin, LE DEVOIR, Montréal, mars 99

«Une ode à ce corps fascinant et mystérieux que nous avons trop souvent tendance à négliger […] beau et troublant.»
S. Brody, LA PRESSE, Montréal, mars 99.

« Un sens impeccable du théâtre, une vision claire, une technique physique impressionnante et une compréhension anatomique font de Femme comme paysage l’une des performances les plus inhabituelles que j’aie vu depuis des années… une expérience théâtrale extraordinaire! »
L. Howe-Beck, THE GAZETTE, Montréal, mars 99.

www.cheapauthenticjordans.co/adidas-Yeezy-350-750-Boost-45338 www.bestshoesmeme.com/nike-boots-mens-79846