Le dortoir

Conception et mise en scène : Gilles Maheu
Assistance à la mise en scène : Danièle de Fontenay
Chorégraphies : Danielle Tardif et Gilles Maheu assistés des interprètes de la création
Musique originale : Michel Drapeau
Éclairages : Martin St-Onge
Costumes : Vivianne Roy, Georges Lévesque

ESPACE LIBRE, MONTRÉAL, NOVEMBRE 1984

Le Dortoir, un lieu à la fois de promiscuité et de solitude, est une chronique nostalgique faite d’impressions furtives, un alliage de douceur et de cruauté qui confronte le passé avec le présent. L’atmosphère est celle des années soixante d’où surgissent des images poétiques et troublantes évoquant les tensions religieuses, sociales et politiques qui ont marqué ces années-là : la tutelle omniprésente de l’église, la guerre d’Algérie, les révoltes étudiantes, l’assassinat de John F. Kennedy…
Dans ce théâtre bouleversé par la danse, le cinéma, la poésie et l’architecture, le monde de l’enfance s’anime sur un rythme d’enfer : confrontation des êtres et des objets qui se transforment et deviennent leurs émotions par une gestuelle sensuelle et provocante, langage du corps et de ces corps qui, dans le sommeil, le jeu, la bagarre, la relation amoureuse disent aussi bien que les mots, les attentes et les espoirs de notre temps.
Une adaptation cinématographique du Dortoir réalisé par François Girard a été produite en 1989 par Rhombus Média.

ÉCHOS DE LA PRESSE

« Un metteur en scène qui comprend le pouvoir évocateur du mouvement… le rythme et l’énergie des danseurs est superbe. »
A.Kisselgoff, NEW YORK TIMES, New York, novembre 90.

« […] un pur état de grâce […] Il ne faut pas rater une telle réussite, exceptionnelle […] C’est de la danse, de la musique, du théâtre, du cinéma, de l’architecture, de la poésie surtout […] Je ne me souviens pas avoir vu spectacle si beau à Montréal, climat si dense, beauté si attirante dans une représentation […] Le Dortoir est une manifestation d’artiste visité par le génie. »
R. Lévesque, LE DEVOIR, Montréal, novembre 88.

« Un lieu d’un réalisme cru et un formidable laboratoire d’inventions […] autant dire qu’on ne s’ennuie pas […] »
O. Schmitt, LE MONDE, Paris, septembre 89.

« Laissez tout tomber et courez réserver vos places pour Le Dortoir. Il n’y en aura pas pour tout le monde! […] Le Dortoir constitue une sorte d’apothéose de ce remarquable travail qui plonge son inspiration au plus profond des racines de la société […] »
E. Lansman, LE PEUPLE, LIEGE, Belgique, octobre 89.

« […] un spectacle d’une sensibilité extraordinaire, d’une force surprenante et d’une intelligence aigüe […] »
P. Puertolas, ABC CATALAUNA, BARCELONE, Espagne, octobre 89.

« Une démonstration brillante, sauvage et époustouflante […] »
R.Staude, FRANKFURTER RUNDSCHAU, Francfort, août 90.

www.cheapauthenticjordans.co/adidas-Yeezy-350-750-Boost-45338 www.bestshoesmeme.com/nike-boots-mens-79846