Les âmes mortes

HARBOUFRONT CENTRE, TORONTO, AVRIL 1996

Une vieille maison déserte et pourtant pleine de vécu. Elle abrite les souvenirs de ses anciens habitants qui, à différentes époques, ont tous aimé, souffert, mangé, bu et surtout, cherché à être heureux à l’intérieur de ses murs. Ici se croisent les paysans du début du siècle, le couple des années cinquante, le jeune couple d’aujourd’hui, le grand-père et sa petite-fille, ceux qui cherchent le bonheur dans l’amour et d’autres qui pensent le trouver dans la drogue. De siècle en siècle, la maison offre protection à ceux qui y vivent, tel un témoin muet de leurs gestes quotidiens, amie aussi de leurs tourments intérieurs. La réalité reste à l’extérieur : elle se bute contre la porte fermée et ne s’observe que par le trou de la serrure.

ÉQUIPE DE CRÉATION ET PRODUCTION
CONCEPTION ET MISE EN SCÈNE Gilles MAHEU | MUSIQUE ORIGINALE Claude LAMOTHE, Jacques ROY, Mychael DANNA, Tim CLÉMENT | SCÉNOGRAPHIE Stéphane ROY | ÉCLAIRAGES Alain LORTIE | COSTUMES Georges LÉVESQUE | CONCEPTION DU SON Edmard FREEDMAN | + 8 interprètes

ÉCHOS DE LA PRESSE

« […] l’un des travails les plus riches des scènes d’Amérique du Nord depuis près de deux décennies. […] Il (Gilles Maheu) arrive invariablement à des images fortes, étrangement belles qui touchent invariablement à l’inconscient universel. »
M. Steele, STAR TRIBUNE, Minneapolis, Mars 98.

« Magritte rencontre David Lynch dans cette extraordinaire œuvre de Carbone 14. »
E. Battersby, THE IRISH TIMES, Dublin, Octobre 97.

« Gilles Maheu – dont voilà le spectacle le plus exigeant et le plus abouti – construit un univers théâtral farouche et signe avec Les Âmes Mortes un puzzle métaphysique d’états de grâce et de désarroi. Il dessine un théâtre au-delà des concepts, du comique et du tragique, du joué et du non-joué, du discours et du message où la grammaire de la danse et du théâtre n’en font qu’une seule. »
R. Lévesque, PARACHUTE, Montréal, Octobre 96.

« Les Âmes Mortes hantent par la beauté, la force de l’univers qu’elles recèlent. »
C. Provost, LE SOIR, Bruxelles, Octobre 96.

« Une expérience visuelle et sonore inoubliable du début à la fin. »
H.J. Kirchhoff, THE GLOBE AND MAIL, Toronto, Avril 96.

« Les Âmes mortes appartient à ce type de théâtre qui éveille les sens pour mieux toucher l’être en entier. Pas une seconde ne se perd en compagnie de cette troupe hors du commun et on ne se dit jamais que la vie est ailleurs. »
H. Guay, le devoir, Montréal, Avril 96.

« Il en émane cette émotion bousculante et pénétrante qui fait les souvenirs de théâtre de longue garde. »
J. St-Hilaire, LE SOLEIL, Québec, Avril 96.

www.cheapauthenticjordans.co/adidas-Yeezy-350-750-Boost-45338 www.bestshoesmeme.com/nike-boots-mens-79846