Opium

Une création collective de : Michel Barrette, Lorne Brass, Roger Léger, Jonathan Trudel-Perrault, Maryse Pigeon, Rodrigue Proteau, Luc Proulx, Jerry Snell

ESPACE LIBRE, MONTRÉAL, JANVIER 1987

Opium débute dans un banal bureau, avec ses machines à écrire, ses téléphones et sa paperasse. Un businessman est troublé par la futilité et le désœuvrement de sa routine, inondé de travail. Autour de lui, les employés s’affairent et marchent… dans l’eau jusqu’aux chevilles. Ils s’enfuiront bientôt sur des radeaux.
Durant ce voyage initiatique et semi-aquatique, l’homme est visité par la femme, la mère puis l‘enfant, qui traversent ses rêves en y soulevant l’anxiété qu’il nourrit face à la création et à la destruction de l’humain. C’est à travers les symboles et la gestuelle que la détresse et la destruction s’opposent aux désirs amoureux. Une élégie de la survie.

ÉCHOS DE LA PRESSE

« Opium est un des plus beaux paysages de rêve qu’il m’ait été donné de voir sur scène […] Un délire de son et lumière qui couperait le souffle à Steven Spielberg […] »
W. Grigsby, THE GAZETTE, Montréal, janvier 87

« Une vision percutante de l’inconscience humaine… CARBONE 14 étonne, subjugue, fascine. On assiste à chacune de ses créations comme à un événement, comme si l’on vivait un moment privilégié. »
R. Bernatchez, LA PRESSE, Montréal, janvier 87

« […] une force d’évocation hallucinante […] »
A. Boulanger, CONTINUUM, Montréal, janvier 87

« Ce qui étonne avec CARBONE 14, c’est d’être étonné encore, aussi précisément et aussi intelligemment. »
C.A. Laniel, MONTRÉAL CAMPUS, Montréal, janvier 87

www.cheapauthenticjordans.co/adidas-Yeezy-350-750-Boost-45338 www.bestshoesmeme.com/nike-boots-mens-79846