Relative Collider, c’est questionner avant tout l’attention. L’attention du performeur et celle du spectateur.

Mais portée à quoi ? Aux échanges de regards. À la séquentialisation du mouvement et de son automatisation conditionnelle aux séquences sonores. Ou l’inverse ?

Relative Collider, c’est l’étude de la focalisation de notre attention ou… peut-être de sa dispersion.

On ne sait plus trop, on en ressort interrogé.

Hypnotisé ?