SOME HOPE FOR THE BASTARDS

29 30 NOV 20h

FRÉDÉRICK GRAVEL

Danse / Montréal / 1h30
photo Stéphane Najman

GRANDE SALLE

Discussion avec le public après la représentation du 30 novembre
Billetterie en ligne Forfait 3 Forfait 4 Forfait 6

Depuis près d’une quinzaine d’années, Frédérick Gravel agite la scène montréalaise par sa démarche créative rebelle et sexy. Dans la lignée de ses oeuvres collectives précédentes, Some Hope for the Bastards déploie une série de segments en dialogue, alternant duos et mouvements de groupe. C’est une sombre fête qui se trame sur scène, irriguée par une tension sous-terraine et insistante. Les neuf danseurs, en équilibre parfait entre maîtrise et fragilité, cherchent farouchement la lumière au travers de leurs peurs et de la noirceur d’un siècle sans issue. Ces hommes et ces femmes encaissent les coups, s’empoignent et se scrutent avec un apparent détachement. Dans cette oscillation entre combat et abandon, les corps résistent, mus par une pulsation intérieure irrépressible : le seul espoir qui reste pour ces bâtards.

For almost fifteen years, Frédérick Gravel has been shaking up the Montreal scene through his rebellious and sexy creative process. Along the lines of his previous collective works, Some Hope for the Bastards deploys a series of segments in the form of dialogues, alternating duos and group pieces. It is a dark party that unfolds on stage, irrigated by a constant subterranean and insistent tension. The nine dancers, in perfect balance between mastery and fragility, search desperately for the light through their fears and the darkness of a century without a way out. These women and these men take blows, grab each other and scrutinize each other with apparent detachment. In this oscillation between fighting and giving up, the bodies resist, possessed by an irrepressible interior fire: the only hope left for these bastards.


« Constamment sur le qui-vive, les danseurs s’ouvrent aux surprises comme aux accidents. Tous faillibles, tous fougueux. Viscéralement engagés. Émerge une foudroyante poésie qui déjoue la morosité ambiante. Tout va mal, il reste l’art. » Québec Danse, 2017

Équipe de création et de production

CHORÉGRAPHIE – FRÉDÉRICK GRAVEL EN COLLABORATION AVEC LES DANSEURS
DANSEURS À LA CRÉATION – DAVID ALBERT-TOTH, DANY DESJARDINS, KIMBERLEY DE JONG, FRANCIS DUCHARME, LOUISE MICHEL JACKSON, ALANNA KRAAIJEVELD, ALEXIA MARTEL, FRÉDÉRIC TAVERNINI, JAMIE WRIGHT
ONT ÉGALEMENT PARTICIPÉ À LA CRÉATION – LUCIE VIGNEAULT, HANAKO HOSHIMI-CAINES
DANSEURS – DAVID ALBERT-TOTH, DANY DESJARDINS, KIMBERLEY DE JONG, SIMON-XAVIER LEFEBVRE, LOUISE MICHEL JACKSON, ALANNA KRAAIJEVELD, ALEXIA MARTEL, JAMIE WRIGHT, RILEY SIMS
MUSICIENS – PHILIPPE BRAULT, FRÉDÉRICK GRAVEL, JOSÉ MAJOR
DIRECTION TECHNIQUE – DAVID-ALEXANDRE CHABOT, ALEXANDRE PILON-GUAY
DIRECTION MUSICALE – PHILIPPE BRAULT
COMPOSITION – PHILIPPE BRAULT EN COLLABORATION AVEC FRÉDÉRICK GRAVEL ET JOSÉ MAJOR
DIRECTION DES RÉPÉTITIONS – LUCIE VIGNEAULT
CONCEPTION LUMIÈRES – ALEXANDRE PILON-GUAY
COSTUMES – CATHERINE THÉROUX
OEIL EXTÉRIEUR – ANGÉLIQUE WILKIE
STAGIAIRE – NOÉMIE DUFOUR-CAMPEAU
DÉVELOPPEMENT – GEORGE SKALKOGIANNIS, MARIE-ANDRÉE GOUGEON
ÉQUIPE DE GESTION – DANIEL LÉVEILLÉ DANSE
PRODUCTION – FRÉDÉRICK GRAVEL, DANIEL LÉVEILLÉ DANSE
COPRODUCTION – USINE C, DANIEL LÉVEILLÉ DANSE, FONDS DE CRÉATION DU RÉSEAU CANDANSE (TORONTO), FESTIVAL TRANSAMÉRIQUES, CENTRE CHORÉGRAPHIQUE NATIONAL DE CAEN EN NORMANDIE (FRANCE), MUFFATWERK (ALLEMAGNE), CENTRE NATIONAL DES ARTS (OTTAWA), THE BANFF CENTRE, PUSH INTERNATIONAL PERFORMING ARTS FESTIVAL (VANCOUVER)
AVEC LE SOUTIEN DU CONSEIL DES ARTS ET DES LETTRES DU QUÉBEC ET DU CONSEIL DES ARTS DU CANADA
RÉSIDENCE DE CRÉATION Usine C (Montréal) + Centre chorégraphique national de Caen en Normandie dans le cadre de l’accueil-studio/Ministère de la Culture et de la Communication (France)
Cette production reçoit le soutien de Daniel Léveillé Danse (DLD) dans le cadre de son projet de parrainage au développement et à la diffusion.
Frédérick Gravel est membre de Circuit-Est centre chorégraphique.
PRÉSENTATION USINE C
FRÉDÉRICK GRAVEL
Chorégraphe, interprète, éclairagiste et musicien, Frédérick Gravel est l’un des créateurs québécois les plus en vue sur la scène internationale. En 2004, il met sur pied le collectif La 2e Porte à Gauche, puis le Grouped’ArtGravelArtGroup (GAG) rassemblant les musiciens et performeurs collaborant à ses multiples projets. Ses productions Gravel Works (2009), Tout se pète la gueule, chérie (2010), Usually Beauty Fails (2012) et This Duet That We’ve Already Done (so many times) (2015) sont saluées par la critique d’ici et d’ailleurs. Les créations Ainsi parlait… (2013) et Logique du pire (2016) sont le résultat d’une fructueuse collaboration avec l’auteur Étienne Lepage. En 2015, il présente l’une des multiples incarnations du Cabaret Gravel à l’Usine C, un concert-spectacle électrisant. Il fut également le chorégraphe du spectacle Mutantès de Pierre Lapointe, mis en scène par Claude Poissant.