Où souhaitez-vous
partager cette page?

FTA 2022 // Alice Ripoll

Du 1er au 4 juin prochains, dans le cadre du Festival TransAmériques 2022, l'Usine C accueille le spectacle LAVAGEM de la chorégraphe brésilienne Alice Ripoll.

Sous une grande bâche bleue, une créature respire à plusieurs souffles. Son explosion, collective, annonce le début d’une folle corvée. Munis de seaux et de savon, six interprètes, glissent jusqu’à perdre pied, fabriquent de la mousse et recouvrent l’espace de bulles immaculées. Lavagem raconte l’interdépendance des corps, leurs complexes et fragiles entrelacs — et éclabousse les assignations identitaires d’une société profondément inégalitaire.

La chorégraphe brésilienne Alice Ripoll imagine un poème politique et ludique se jouant des notions de propreté et de saleté, et des préjugés raciaux qu’elles suggèrent. Dans un espace de jeu, allègrement partagé par les danseur·euse·s et le public, rien ne se fige, tout se transforme et laisse s’évanouir les évidences sous les gestes domestiques encombrants. Mêlant danse, acrobatie, chant et percussion, le collectif REC réunit de formidables interprètes dans une fantasmagorie qui élève le quotidien en rituel.

Achetez vos billets : ici 

Alice Ripoll

Née à Rio de Janeiro, la chorégraphe brésilienne Alice Ripoll s’est mise à la danse à 21 ans après des études en psychanalyse. Diplômée de l'école d’Angel Vianna, un centre important pour la danse et la rééducation motrice, elle puise son inspiration dans les danses urbaines et la relation avec ses danseurs et danseuses. Sensible à la lutte des classes dans un Brésil marqué par les inégalités, la précarité, l’exclusion et la discrimination, son travail comporte une dimension politique alliée à une poésie et à un riche imaginaire symbolique qui explore l’inconscient, le rêve, les libres associations. Ses spectacles ont été présentés dans plusieurs lieux et festivals au Brésil et à l’étranger.

La chorégraphe a fondé deux ensembles ces 20 dernières années : SUAVE, et la compagnie REC, en 2009, à Rio de Janeiro, d’où viennent les interprètes de Lavagem. En 2014, la compagnie a créé et Pé de vento cabeça no chão, destinée aux enfants. En 2017, Ripoll créait aCORdo, une performance caustique soulignant l’hypocrisie du regard occidental sur les Afro-Brésiliens, où la chorégraphe inversait les hiérarchies sociales pour soumettre les spectateurs à l’exercice de la fouille, trop fréquente dans les populations noires persécutées par les forces policières. Lavagem poursuit ce travail sur les stéréotypes autour de corps noirs, ici savonnés, remettant en question les notions de lavage et de propreté. 

Crédits

Compagnie Cia REC

Chorégraphie Alice Ripoll 

Idée originale Alan Ferreira 

Interprétation Katiany Correia, Hiltinho Fantástico, Alan Ferreira, Rômulo Galvão, Tony Hewerton, Tuany Nascimento 

Scénographie Raquel Theo 

Costumes Paula Ströher 

Lumières Tomás Ribas

Accessoires et maquillage Cleber de Oliveira 

Assistance artistique Laura Samy 

Technique lumière Leandro Barreto 

Direction de production Natasha Corbelino - Corbelino Cultural

Assistance plateau et production Thais Peixoto 

Diffusion Art Happens 

Soutien Rafael Machado Fisioterapia 

Coproduction Kunstenfestivaldesarts (Bruxelles) + PACT Zollverein (Essen) + Kaserne Basel (Bâle) + Wiener Festwochen + Julidans (Amsterdam) + Festival de la Cité Lausanne + Passages Transfestival (Metz)+ Romaeuropa Festival and Teatro di Roma - Teatro Nazional + Festival d’Automne à Paris

Remerciements Alexandre Belfort + Pedro Bento + Thamires Candida + Andrea Capella + Casa de Mystérios e Novidades + Centro Coreográfico da Cidade do Rio de Janeiro + Sulamita Costa + Walace Ferreira + Juliana França + Mauricio Lima + Renato Linhares + Camila Moura André Oliveira + Diewry Patrick + Dilo Paulo + Arnoldo Pereira de Souza + Camila Rocha + Lenna Santos de Siqueira + Anita Tandeta + Cecilia Ripoll + Juliete Schult 

Présentation Festival TransAmériques (FTA) 2022 en collaboration avec Usine C

Création au Wiener Festwochen, le 28 juin 2021
En première nord-américaine dans le cadre du FTA 2022

Photographie du spectacle au crédit de Renato Mangolin