À propos

Les Projets du 3e sont organisés par Yves Sheriff depuis 2012 dans le but de questionner la trajectoire habituelle des processus de créations chorégraphiques, où les participants partagent des préoccupations communes et des pratiques diverses reliées autant à leur pratique contemporaine qu’à leur réalité sociale et politique. Se construisant comme un rhizome au fil des ans et existant hors subventions, ils utilisent principalement les ressources existantes de l’Usine C, ainsi que certains lieux emblématiques (comme le Musée Redpath ou le Centre Canadien d’Architecture) pour réaliser ses activités – lectures de textes critiques, laboratoires ponctuels de créations ou représentations publiques.

 

About

The 3rd Floor Projects were initiated by Yves Sheriff on October 2012 as part of Usine C’s residencies for young choreographers. Soon after, the venture shaped into an on-going project questioning the creation process and the finiteness of public presentations. These were clear points of interest for the first group of selected choreographers, who were looking for ways to take action in Montreal from a different perspective than the usual production-making linear trajectory.
Since then, The 3rd Floor Projects has hosted more series of residencies and presentations, as well as co-producing Mårten Spångberg’s group performance The Nature Redux/ The Great Outdoors, at Usine C, and co-presenting with Studio 303 Carlos Maria Romero’s solo Names of All Spectators Separated by Commas.
By thinking together throughout the residency and adding up the content of our social, political and artistic realities, the 3rd Floor Projects have allowed to share different concerns related to performance making, as well as to hold readings, discussions and meetings in different locations, with procedures collectively established by the participants.
Like a plant growing by rhizome, operating until now outside of the grant systems, The 3rd Floor Projects continue to weave practices and wish to provide more exciting contemporary furrows.

Historique en bref / Historicity in brief 

2012 – 2013

Résidences et présentations / Residencies and Presentations > Usine C
Sarah-Ève Grant
Jana Jevtović
Sasha Kleinplatz
Andrew Tay

Co-Production et/and Co-Presentation > Usine C
Mårten Spånberg

2013 – 2014

Résidences et présentations / Residencies and Presentations > Usine C
Hanako Hoshimi-Caines
Maria Kefirova
Adam Kinner

2014 – 2015

Presentations > La Poele
Hanako Hoshimi-Caines
Thea Patterson

Co-Presentation > Studio 303
Maria Carlos Romero

2015-2016

Résidences / Residencies > Usine C
Ellen Furey
Andrea de Keijzer + Erin Robinsong
Sybille Müller
Simon Portigal

Presentations > Usine C
Ellen Furey
Andrea de Keijzer + Erin Robinsong
Sybille Müller
Simon Portigal
Anouk Thériault

Projet in situ / On Site Project > Centre Canadien d’Architecture
The 3rd Floor around The Other Architect
Ellen Furey
Andrea de Keijzer + Erin Robinsong
Sybille Müller
Simon Portigal
Yves Sheriff
Anouk Thériault

2016-2017

Résidences et présentations / Residencies and Presentations > Usine C
Kelly Keenan
Dorian Nuskind-Oder

Presentations > Usine C
Alicia Grant
Andrew Tay

2017-2018

Projet in situ / On Site Project > Centre de Création O Vertigo
3rd Floor Under The Ground

 

Historique détaillé / Historicity details + artifacts

 

2016-2017

  • Les Projets du 3e présentent deux travaux réalisés cette année à l’Usine C
    samedi 13 mai à 14hrs / Petite Salle de l’Usine C / Contribution volontaire
    Kelly Keenan / ‘Be Still and Know Me’ / 45mn
    * we warn people with allergies that a (very friendly) german sheppard will be on stage. *
    Dorian Nuskind-Oder / 30 mn
    Performance : Elinor Fueter, Nathan Yaffe

 

Discussion avec Kelly, sous le regard de Bella, au studio du 3e

 

Sybille et / and Jacob Wren

  • Alicia Grant + Andrew Tay / MODERN PUNISHMENTS
    Andrew Tay / You can’t buy it I’ll sell it to you anyways SUCKA

    Alicia Grant (with Ellen Furey) / Light at the end of the tunnel 2.0

    14 et 15 janvier 2017 / Usine C / 15$ à la porte

 

poster by / affiche par Jasa Baka

 

La page d’Andrew dans le programme / Andrew’s page in the program

 

2015 – 2016

  • Andrea de Keijzer + Erin Robinsong / Ellen Furey / Sybille Müller / Simon Portigal / Anouk Thériault
    May 7-8, main stage / Grande salle, Usine C, Pay what you can / Contribution volontaire

 

 

Affiche par / Poster by Andrea de Keijzer

  • Les projets du 3e / 3rd Floor Projects : L’architecte, autrement / The Other Architect
    Gratuit / Free

    Cette activité implique 5 chorégraphes des projets 3ème étage, un réseau continu de résidence organisée depuis 2011 par le Théâtre Usine C. Inspiré par les approches sociales et politiques des contenus architecturaux et exposé dans l’exposition actuelle L’architecte autrement, ce groupe de 5 chorégraphes va créer et exécuter une série de performances dans les espaces galeries du CCA. Individuellement ou en duo, les chorégraphes tiendront compte des contraintes patrimoniales des espaces CCA et de créer des œuvres ouvertes pour des discussions selon une méthode de création spécifique nommée Feedback Sessions (à l’origine écrite à Berlin par Eva Meyer-Keller, Laurie Young, Siegmar Zacharias, Lisa Densem et Hanna Sybille Müller).
    Inspired by the social and political approaches of architectural contents as seen in the actual exhibition, this group of 5 choreographers will create and perform a series of small works in the vacant spaces of the CCA. Individually or in duo, the choreographers will consider the patrimonial constraints of the CCA spaces and create works open for discussions according to a specific creation method named Feedback Sessions (originally written in Berlin by Eva Meyer-Keller, Laurie Young, Siegmar Zacharias, Lisa Densem and Hanna Sybille Müller).
    Participants:
    Ellen Furey, Sybille Müller, Simon Portigal, Yves Sheriff, Anouk Thériault
    Yves Sheriff, Curator
    Wednesday 5 April/avril : Feedback Session (open to the public) / Discussion public
    Shaughnessy House and Galleries
    14:00 – 15:00: 10 mins/person presentation
    15:00 – 16:00: 10 mins/person feedback

 

Anouk, Ellen et Simon au CCA

 

2014-2015

  • Names of all the spectators separated by commas / Carlos Maria Romero
    19 juin 2015 / Studio 303

 

 

  • A Form of Presentation, Hanako Hoshimi-Caines / Thea Patterson
    13 février 2015 La Poêle (5333 Casgrain Espace 307)

 

 

 

2013-2014

  • Lecture de textes critiques à l’Usine C / Mai 2014

 

  • Une brochette de présentations informelles – An informal showing festival
    11 et 12 mai 2014 / Prix : 50 cents
    Hanako Hoshimi-Caines / Maria Kefirova / Adam Kinner

 

 

Adam, Hanako and Maria in the 3rd Floor

 

2012-2013

  • Une Présentation Informelle – An Informal Presentation
    31 mars + 1e avril 2013 Usine C
    Notes à moi-même / Sarah-Eve Grant
    +Laurence Fournier-Campeau, Joannie Douville, Jérémi Roy, Frédéric Wiper, Jonathan Leduc
    The Parcel Project / Jana Jevtović + Jody Hegel
    Chorus 2 / Sasha Kleinplatz
    +Benjamin Kamino, Milan Panet Gignon, Simon Portigal, Lael Stellick, Frédéric Wiper, Nathan Yaffe
    Untitled Conscious Collaboration, Andrew Tay
    +Mirjah Brennan, Sophie Breton, Victoria Diamond, François Lalumière, Ashlea Watkin

 

 

  • THE NATURE REDUX / THE GREAT OUTDOORS / Mårten Spånberg
    A project initiated by Mårten Spångberg (Sweden)
    With and by / De et avec : Adam Kinner, Andrew Tay, Hanako Hoshimi-Caines, Jana Jevtovic, Kelly Keenan, Mårten Spångberg, Natalie Zoey Gauld, Paige Culley, Sarah-Ève Grant, Simon Portigal, Sophia Burke, Vivian Hodgson, Yves Sheriff
    Vendredi / Friday, September 20 | 22h
    Samedi /Saturday September 21 | 20h
    $20 at the door

    Une présentation de / presented by : 3rd Floor Project + Mårten Spångberg + Usine C
    Avec le soutien de / supported by : PAF + Swedish Arts Grants Committee+ Swedish Arts Council + Studio 303

 

(en français ci-dessous)
We like The Nature, cuz it’s bigger than you and me, cuz it’s like a landscape that’s out there and minds its own business.

We like The Nature, cuz it makes no difference between this and that, us and them. We couldn’t care less about nature, or help us something natural [that’s all human stuff, language remember], but The Nature – wow – The Nature’s just out there and beyond who we are and when. The Nature cares about us all without conditions, cares about us as people or persons and forgets about the personality part.

We like divine intervention, just because. Like, how could you have any decent reason for your passion for divine intervention? Divine intervention happens because it does for no particular reason, and still no matter what.

We like theatres when they are closed, or museum, or furniture shops, you know when the beds, chairs and chandeliers can be themselves and just hang out together. When they don’t need to perform, or entertain. That’s it, epic, The Nature, divine intervention don’t perform. It’s just there, aha.

Epic Redux: The Nature is a sort of dance performance, or choreography, that forgets, and then it forgets to forget but on the way it kind of checks out how the body and dancing is the forth leg on a deep darkness, on a cosmic death-drive, a geological trauma. Whoop whoop, epic, The Nature, divine intervention and the forth department of fear – dance.

A lot of costumes and make up, gloss, ethic chique, Easy Rider, Monster, Il Capital [yeah, Marx in Italian, so hot], supercross, lip synch, QT, beats and grooves, a mural [a big one], a French guy singing, awesome looks, skin, workers gloves, Balanchine style – wow it’s quick, type “snabb” – sugar, glitter and bubbles.

You know, as much as it is all that, because it is there is also a lot of space for the spectator, and we or the dance doesn’t care how or not you look at it, have a nap, whisper something to you friend or do some painting. It’s all alright. Epic Redux: The Nature and dance is not there for any particular reason except you, who are there for the same reason, for no particular reason. Nothing special but still a not nothing and that’s pretty much special.

Nous aimons la nature, parce que c’est plus grand que vous et moi, parce que c’est comme un paysage qui est là et s’occupe de ses propres affaires.

Nous aimons la nature parce qu’elle ne fait aucune différence entre ceci et cela, entre nous et eux. On s’en foutait de la nature, ou on s’aidait avec quelque chose de naturel [c’est tous des trucs humain, le langage, vous vous souvenez], mais La Nature – wow – La Nature est juste là-bas, au-delà de ce que nous sommes et de quand nous sommes. La Nature se soucie de nous tous, sans conditions, se soucie de nous en tant que personne ou individu et oublie ce qu’on nomme personnalité.

Nous aimons l’intervention divine, juste parce que. Par exemple, comment pourrais-tu avoir une raison décente pour ta passion pour l’intervention divine ? L’intervention divine arrive parce que sans aucune raison particulière, en dépit de quoi que ce soit.

Nous aimons les théâtres quand ils sont fermés; ou un musée, ou des magasins de meubles, vous savez quand les lits, les chaises et les lustres peuvent être eux-mêmes et juste passer du temps ensemble . Quand ils n’ont pas besoin de performe ou de divertir. C’est ça : épique, La Nature, intervention divine, ne performe pas. C’est juste là, aha.

The Nature / The Great Outdoors est une sorte de spectacle de danse – ou une chorégraphie – qui oublie, puis qui oublie d’oublier mais entre-temps, s’assure d’une certaine façon de la manière dont le corps et la danse est la quatrième patte dans l’obscurité profonde, dans la pulsion de mort cosmique; un traumatisme géologique. Whoop Whoop, épique, La Nature, l’intervention divine et le quatrième département de la peur – la danse.

Un grand nombre de costumes et de maquillage, du gloss, éthique chic, Easy Rider, Monster, Il Capital [oui , Marx en italien : hot ] , supercross, lip sync, QT, rythmes et grooves, une murale [ une grosse ] un mec français qui chante, des looks impressionnants, de la peau, des gants de travail, le style Balanchine – wow, c’est rapide, tapez  » snabb  » – sucre paillettes et bulles.

Vous savez, autant que c’est tout ça, parce que c’est là, c’est aussi beaucoup d’espace pour le spectateur; et nous – ou la danse -on ne se soucie pas comment ou si vous ne regardez pas tout ça; faites une sieste, chuchotez quelque chose à votre ami ou faites un peu de peinture. Tout est bien.

Epic Redux : La Nature et la danse ne sont pas là pour une raison particulière, sauf vous qui êtes là pour la même raison, sans raison particulière. Rien de spécial, mais pas rien, et ça, c’est quand même assez spéciale.

Mårten, à la fin de la 1ère présentation

 

__________________________
Crédits photos : Les Projets du 3e

 

www.cheapauthenticjordans.co/adidas-Yeezy-350-750-Boost-45338 www.bestshoesmeme.com/nike-boots-mens-79846