LE BEAUPRIX

En collaboration avec l’Usine C, À DEUX est fier de remettre à chaque année le BEAUPRIX au créateur de la relève s’étant le plus démarqué au cours des éditions de NICE TRY (belessai) d’une même saison. Le récipiendaire se mérite alors une résidence de deux semaines gracieusement offerte à l’Usine C afin d’approfondir sa démarche entamée dans le cadre de NICE TRY (belessai).

Le BEAUPRIX souhaite donner l’opportunité à un artiste de la relève de peaufiner un projet de création et d’aiguiser sa vision artistique. De plus, cette initiative veut encourager certaines ébauches d’avoir un second souffle dans le milieu professionnel. Avec le BEAUPRIX, NICE TRY (belessai) aspire davantage à devenir un plongeon de création pour les jeunes artistes de son milieu.

Récipiendaire du BEAUPRIX 15-16

NICOLAS GENDRON
Thème : L’ambivalence
Objet : Gomme Balloune Chanson: L’oiseau de René Simard

Depuis sa formation en interprétation à l’Option-Théâtre du Collège Lionel-Groulx, Nicolas Gendron a pris part à une vingtaine de productions théâtrales. Avec sa compagnie ExLibris, sa première mise en scène connait un vif succès : son adaptation théâtrale du roman Et au pire, on se mariera (La Mèche, 2011), de Sophie Bienvenu, est programmée deux saisons consécutives au théâtre Prospero, en 2014 et 2015, puis part en tournée. En 2015, il collabore avec l’auteur Michel Marc Bouchard et met en scène sa comédie Pierre et Marie… et le démon, présentée tout l’été au Théâtre des Grands Chênes. En 2016, il coécrit avec François Morin, la pièce jeune public Pareil, Pas Pareille, une production du Théâtre Parminou. Pour le deuxième projet d’ExLibris, L’Enfance de l’art, il plonge dans l’œuvre du regretté Marc Favreau, qu’il revisitera avec une joyeuse bande d’interprètes et d’auteurs invités, à l’hiver 2017, entre les murs de la Salle Fred-Barry du Théâtre Denise- Pelletier.

Dans le cadre de sa résidence à l’Usine C, Nicolas utilisera des éléments bigarrés dans son travail (poésie, actualité, improvisations, quatrième mur brisé, jeu d’alcool et de hasard). Il souhaite approfondir dans sa recherche la finesse que demande le côtoiement de l’improvisation et du squelette dramatique. Nicolas désire poursuivre sur les mêmes thèmes que l’hiver dernier lors du NICE TRY 5 (belessai) : se questionner sur le caractère polarisant de l’actualité et ses corollaires, c’est-à-dire le tribunal populaire et le règne de l’opinion.

visuel de NICE TRY par Sophie Latouche